Écologie et numérique en Pays de la Loire

En mars 2014, un article d’Anjou éco commençait par ces mots : « La Troisième Révolution Industrielle et Agricole est lancée dans les Pays de la Loire ».Les révolutions agricoles sont des phénomènes qui coïncident avec la recherche d’un gain de productivité. Nous ne nous étendrons pas sur les discussions autour des délimitations des 1ère, 2e et 3e révolutions. Pour certains, nous sommes aujourd’hui au cœur de la troisième révolution industrielle et agricole commencée dans les année 90. Elle tente de répondre à une question majeure : comment combiner productivité et soutenabilité. Autrement dit, comment construire l’avenir pour aborder sereinement l’horizon 2050 sans consommation de pétrole et des autres énergies fossiles ?

Si le geek angevin aborde ce thème, c’est parce que les smart grids sont un axe de cette « révolution » (en tout, ce sont 5 axes qui ont été définis par Jeremy Rifkin).  Les principes de cette « révolution » ont été approuvés par le Parlement Européen en 2007.

Un smart grid est un réseau de distribution d’électricité qui, en utilisant les technologies informatiques, vise à optimiser la production, la distribution et la consommation pour améliorer l’efficacité énergétique de l’ensemble de l’organisation. Le développement des énergies renouvelables exige un système de distribution capable de maîtriser la complexité des flux et le volume des informations. Ces smart grids sont notamment basés sur des compteurs d’énergie connectés à des plateformes de régulation de l’offre et de la demande. Plus concrètement, les smart grids :

  • faciliteraient l’intégration au réseau électrique actuel des Énergies Renouvelables (EnR) produites par les petits producteurs ou les particuliers ;
  • développeraient une production décentralisée et locale de l’énergie et faire ainsi en sorte que les consommateurs utilisent l’énergie la plus proche de chez eux (donc moins de pertes sur le transport).

Plusieurs études auraient montré que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) peuvent être utilisées comme un puissant levier pour économiser de l’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les gains ainsi obtenus sont supérieurs aux consommations d’énergies et pollutions liées à une utilisation plus intensive de ces TIC.

L’agro-écologie veut en effet relier économique, technique, social et écologique. La Plateforme Régionale d’Innovation ORACE inaugurée en septembre 2013 à Cholet constitue une initiative régionale dans ce sens. De statut associatif, elle vise :

  • à fédérer les différents acteurs que sont les entreprises, les établissements d’enseignement et de recherche, les associations professionnelles et les institutionnels, pour coordonner leurs actions et mettre en place les relations nécessaires pour assurer un déploiement efficace de l’innovation et du transfert de technologie pour les entreprises autour des enjeux énergétiques ;
  • à susciter ou à réaliser toutes les opérations de sensibilisation, d’information, de formation ou d’études ;
  • à créer, développer et gérer des plateaux techniques ou technologiques devant notamment permettre l’émergence de projets collaboratifs.

Elle vise essentiellement les secteurs du bâtiment, de l’industrie et de l’automobile. L’objectif est de d’atteindre une centaine de membres en 2014.

smartgrid

Illustration provenant de la page http://www.renover-sans-se-tromper.com/smart-grid/