L’art de la 3D en Maine-et-Loire

th industries2La petite histoire…

Dominique Droniou a créé TH Industries il y a 2 ans à Sarrigné. Ce dessinateur industriel a démarré avec la fabrication des outillages de mesure pour laser tracker. C’est pour répondre à la demande d’un client (Airbus) que Dominique a acheté sa première imprimante 3D : le début d’une passion et d’un apprentissage aussi.

Côté technique

L’impression 3D, on en parle beaucoup, on a l’impression que c’est simple (il n’y a qu’à laisser la machine traduire en 3 dimensions le fichier 3D) mais en fait, sa maîtrise relève d’un véritable savoir-faire.

La technique qu’il a choisie est celle du dépôt de fil (FDM) adaptée pour la réalisation de pièces techniques, résistantes fonctionnelles et durables (pour d’autres techniques, voir l’article consacré à l’impression 3D). Il possède aujourd’hui 6 machines. 2 machines de bureaux lui ont notamment permis d’apprivoiser la technique. 4 machines professionnelles augmentent aujourd’hui son parc : 2 Stratasys et de chez 3NTR, une A4 et une A2. Cette dernière aux dimensions de 60 cm par 30 par 50, est la seule en France de cette taille à l’heure où cet article est publié.

L’approche

La technique de l’impression 3D étant innovante, il faut expérimenter toujours et encore pour obtenir le résultat souhaité, d’une façon reproductible et dans un rapport temps / délai optimisé. Il a fallu 9 mois d’essais-erreurs à Dominique pour obtenir le savoir-faire qui est le sien aujourd’hui.

Les paramétrages sont complexes et fins. Ils vont de l’épaisseur de la couche de fil (+ c’est fin, + l’impression sera lente et + la pièce sera belle ), au remplissage, à la vitesse d’impression (dont dépendra la précision et qui varie en fonction de la matière utilisée), en passant par la quantité de support qui influence la déformation de la pièce dû au refroidissement, le chauffage, la gestion des têtes en fonction du nombre de matériaux utilisés… Tous ces réglages vont permettre d’obtenir le coût le plus ajusté.

Pour qui ?

thindustrie réalisationCe savoir-faire est à la destination des industriels.

Dominique explique que l’impression 3D permet de changer la façon de penser les prototypes par exemple. Elle diminue les délais et le processus de fabrication. Les délais obtenus grâce à l’impression 3D sont beaucoup plus courts que ce que permettait la fabrication de moules pour valider une pièce et moins cher que la stéréolitographie. La réflexion est simplifiée par une matérialisation en amont de la conception. Il devient plus aisé de discuter le design d’un futur produit.

L’impression 3D est également une bonne option pour l’édition de petites séries (la quantité variant en fonction de la complexité de la pièce).

Dominique conçoit et conseille. Ses investissements en machines répondent à des attentes qui sont à chaque fois des défis d’inventivité. D’autres acquisitions sont prévues. L’aventure ne fait que commencer…

Ci-dessus : réalisation d’un pied de test en impression 3D, résistant à 90 kg en pression et mesurant 48 cm de haut, presque la capacité maxi de la machine.